Morning Walks
Randonnées Matinales

Morning Walks 640

Morning Walks
Note:
Watch video


We leave early in the morning for walks in nature as it is the best time to take photos and videos.

As usual, I messed up the horizon line. That’s because I focus on the subject, not the whole picture. Still, I believe that I captured the essence of the day.

Enjoy your walk!

+ + + +




Rendonnees 640

Randonnées Matinales
Note :
Voir la vidéo

Nous partons tôt de la maison pour nos randonnées matinales dans la nature. C’est le temps idéal pour prendre des photos et vidéos.

Malheureusement j’ai tendance à ignorer la ligne d’horizon car je me concentre sur le sujet. Cependant, j’ai capturé de belles scènes qui je pense vous plairont.

Bonne balade !

Trees
Arbres

Trees New Brunswick 640

Trees
Shippagan, New Brunswick
Oil on gallery canvas
60.96 cm x 91.44 cm (24” x 36”) - 2021

Years ago, I needed to learn more about the history of my Acadian ancestors. So, Robert, Mom and I went on a trip along the Acadian coast in northern New Brunswick. We visited villages, museums, enjoyed good food and met wonderful people.

After almost two years of Covid, mourning the loss of loved ones, fearing for those battling with serious health issues and isolation, it has been difficult for all of us.

Haunting images of moss covered trees seen along a forest trail near Shippagan kept coming back to my mind. In this painting, I connected with each beaten up tree and somehow they brought me peace and comfort. Trees are smart. Underground roots reach out to each other, creating a strong support system to fight adversity together. Like we do.

+ + + + +

Arbres
Shippagan, Nouveau-Brunswick
Huile sur toile galerie
60.96 cm x 91.44 cm (24” x 36”) - 2021

Il y a quelques années, je désirais approfondir mes connaissances sur l’histoire de mes ancêtres Acadiens. Ainsi, Robert, Maman et moi avons entrepris un voyage le long de la côte Acadienne, au nord du Nouveau-Brunswick. Nous avons visité villages, musées, savouré d’excellents repas et rencontré des gens formidables.

La Covid fait des ravages depuis presque 2 ans. Nous vivons tous des moments pénibles, le deuil d’êtres chers, la peur et les inquiétudes pour ceux et celles qui luttent contre de graves problèmes de santé, l’isolement et j’en passe.

Des images d’arbres recouverts de mousse que j’avais vus le long d’un sentier près de Shippagan, me revenaient sans cesse en tête. Ces arbres meurtris par les intempéries me parlaient. Les peindre m’a apporté paix et réconfort. C’est que les arbres sont futés. Leurs racines souterraines se joignent, s’entrecroisent et communiquent entre elles. Ce puissant système racinaire les aide à survivre et à combattre ensemble les durs coups. Comme nous.

Eurasian Eagle Owl
Grand-duc d'Europe

EurasianEagleOwl640

Eurasian Eagle Owl
Oil on gallery canvas
45.72 cm x 45.72 cm (18” x 18”) - 2021

Note: Watch video


Years ago, Robert and I visited Omega Park, a safari park north of Montebello, Québec.

Armed with 3 bags of carrots in our car, we slowly drove along the 12 km safari route where we were greeted by elk looking for treats. The carrots did not last long!

Along the circuit, we saw deer, caribou, elk, fallow deer, wild boars, raccoons, Alpine ibex, Rocky mountain goats, a black bear mother with her cubs, wolves and more. It was an eerie experience driving past enormous bisons grazing in a field.

During the birds of prey show, I took photographs of a Bald Eagle, Red-Tailed Hawk, Barn Owl and of this Eurasian Eagle Owl. What a thrill to watch this impressive owl land on the post near me! Pure magic!


+ + + + +

Grand-duc d’Europe
Huile sur toile galerie
45.72 cm x 45.72 cm (18” x 18”) - 2021

Note : Voir la vidéo

Robert et moi avons visité le Parc Oméga, il y a plusieurs années. Ce parc safari est situé au nord de Montebello au Québec.

Avec trois gros sacs de carottes à mes pieds, nous avons lentement parcouru en auto les 12 km de la route safari. À la recherche de gâteries, les wapitis étaient au rendez-vous. Les carottes ont vite disparues!

Tout le long du trajet, nous avons pu admirer des cerfs, caribous, daims, sangliers, ratons laveurs, bouquetins des Alpes, chèvres des montagnes rocheuses, une maman ours avec ses petits, des loups et j’en passe. La proximité d’énormes bisons dans les champs m’a fort impressionnée.

Lors du spectacle des oiseaux de proie, j’ai photographié un Pygargue à tête blanche, une Buse à queue rousse, une Effraie des clochers et ce Grand-duc d’Europe. J’ai vécu un moment magique quand il s’est perché sur le poteau tout près de moi !

Near Crowfoot Glacier
Près du glacier Crowfoot

NearCrowfootGlacier640

Near Crowfoot Glacier
Banff National Park, Alberta
Oil on gallery canvas
91.44 cm x 60.96 cm (36” x 24”) - 2021

Note: Watch video Near Crowfoot Glacier

After completing
Big Rocks in Brigus earlier this year, my next project was Near Crowfoot Glacier, a depiction of an impressive mountain that captured my imagination.

For several reasons, I had to put the painting aside for a while after finishing the underpainting. Four months later, it started calling me. Finally, I picked up where I had stopped.

What appeals to me in this scene is how the gorgeous earth tones are set off by rich ochres, creating interesting patterns. I love how the ribbon of snow cuts through the rock with twists and turns and sits at the foot of the mountain, an intriguing visual element.


Reference material:
Robert Roaldi - http://robertroaldi.zenfolio.com

+ + + + +

Près du glacier Crowfoot
Parc national Banff, Alberta
Huile sur toile galerie
91.44 cm x 60.96 cm (36” x 24”) - 2021

Note: Voir la vidéo Près du glacier Crowfoot

Après avoir complété la toile
Gros rochers de Brigus au début de l’année, j’ai entrepris un autre projet : Près du glacier Crowfoot, une montagne impressionnante qui a saisi mon imagination.

Pour bien des raisons, j’ai dû délaisser mon tableau après avoir complété l’ébauche. Quatre mois plus tard, la toile m’interpellait avec insistance alors je l’ai enfin reprise.

Ce qui me plait dans cette scène c’est le jeu des ocres qui rehaussent les couleurs terre, créant ainsi des effets fort intéressants. J’aime le long ruban de neige qui tranche le mur foncé pour aller se coucher au pied de la montagne, un effet visuel fascinant.


Source photographique :
Robert Roaldi - http://robertroaldi.zenfolio.com

Canada Jay
Mésangeai du Canada

CanadaJay640

Canada Jay
Oil on canvas
40.64 cm x 50.8 cm (16” x 20”) - 2021

Our first trip to Newfoundland and Labrador was in 2005. We spent a week discovering Gros Morne National Park and we loved it. One day, we walked the 3 km trail to Western Brooke Pond. We rested at a picnic table where I photographed this Canada Jay that was watching us. I find small birds are as fascinating as the magnificent birds of prey.

When we go on a birding trip, I connect with the birds I see. Back home, I search my bird books and bird web sites to find as much as I can about their life, habits and status. Sadly, many species are at risk due to climate warming and loss of habitat.

Since Covid-19, we have not followed bird migrations nor gone for long hikes. I miss it all so much but until the pandemic is over and it is safe to resume our activities, we will stay home.

The impression birds leave on us can last a lifetime. When I was 7 years old, I found a colourful songbird lying on our front balcony. I gently picked it up and tried to reanimate it with tiny drops of water on its beak. The bird soon perked up and after a few seconds flew away. I remember the happiness I felt in my heart knowing that it was okay.

+ + + + +

Mésangeai du Canada
Huile sur toile
40.64 cm x 50.8 cm (16” x 20”) - 2021

En 2005, nous avons passé une semaine formidable au Parc national du Gros-Morne lors de notre premier voyage à Terre-Neuve-Et-Labrador. Un jour, nous avons parcouru le sentier de 3 km pour nous rendre à l’étang de Western Brook. Arrivés à destination, nous avons profité d’une table à pique-nique pour nous reposer et prendre une petite collation. Ce Mésangeai du Canada nous surveillait alors j’ai pris des photos. Je trouve que les petits oiseaux sont autant fascinants que les magnifiques oiseaux de proie.

Lors d’une randonnée pour observer les oiseaux, un lien se tisse avec ceux que je découvre. De retour à la maison, je fouille dans mes guides d’oiseaux et sur les sites web pour apprendre sur leur vie, habitudes et statut. Malheureusement, plusieurs espèces sont à risque en raison du réchauffement climatique et de la perte de leur habitat naturel.

Depuis la Covid-19, nous n’avons pas suivi les migrations des oiseaux, ni fait de longues randonnées dans la nature. Nos activités me manquent énormément mais tant que la pandémie durera, nous resterons à la maison.

Le souvenir d’un oiseau en particulier peut durer toute une vie. Lorsque j’avais 7 ans, j’ai trouvé sur le perron de notre maison, un petit oiseau chanteur au plumage coloré. Délicatement, je l’ai pris dans mes mains et j’ai tenté de le réanimer en déposant de petites gouttelettes d’eau sur son bec. L’oiseau a repris conscience et quelques secondes plus tard, il s’est envolé. Je me souviens encore combien mon coeur était rempli de joie à l’idée qu’il était sauf.

Blue Jay
Geai Bleu

BlueJay640

Blue Jay
Oil on gallery canvas
30.48 cm x 60.96 cm (12” x 24”) - 2021

When visiting our backyard, Blue Jays announce their arrival with a loud and distinct call that I can’t ignore. I love this inquisitive and energetic bird. In fact, I love all birds!

Covid-19 has brought death, stress, fear, anxiety and sorrow into our lives. It has not been easy. I find some peace of mind by watching bird activity in our backyard. It is a powerful dose of positive energy. Their beautiful songs allow me to focus on the moment and believe that everything is all right. Birds make the world a better place, and for that I am grateful.

+ + + + +

Geai Bleu
Huile sur toile galerie
30.48 cm x 60.96 cm (12” x 24”) - 2021

Un cri strident et distinctif annonce l’arrivée des Geais Bleus dans notre arrière-cour. Impossible de les ignorer. J’aime beaucoup cet oiseau qui est à la fois curieux et plein d’énergie. En fait, j’aime tous les oiseaux !

Covid-19 a chambardé nos vies : mortalité, stress, peur, anxiété, peine. C’est difficile. Je retrouve ma tranquillité d’esprit en observant les oiseaux dans notre arrière-cour. Cela me procure une bonne dose d’énergie et me remonte le moral. Leur chant me permet de me concentrer sur le moment présent et j’arrive à croire que tout va bien. Le monde est beaucoup plus beau grâce aux oiseaux et je l’apprécie.

Elk Resting
Wapiti au repos

ElkResting640 2

Elk Resting
Jasper National Park, Alberta
Oil on Birch Panel
50.8 cm x 60.96 cm (20” x 24”) - 2021

On our last visit to the Rockies, we were thrilled to catch sight of a group of elk crossing the Athabasca River near Jasper. Robert took photos of them and of this buck resting in a field along the highway just outside the town.

During the rut, the strong males are territorial and protective of their harem and will challenge intruders. We saw several bull fights, and although it was exciting, it is dangerous to be near them. Respectful of the animals, we kept our distance from the action and stayed in the safety of the car. Still, we could hear the clash of the antlers as they rammed each other and locked heads.

I wanted to paint this scene for a long time. A small sketch on paper to familiarize myself with the elk was all I needed to start tackling the subject. Afterwards, I quickly painted the composition. Like magic, I felt I was part of the world and inside the mind of this majestic creature.

+ + + + +

Wapiti au repos
Parc national Jasper, Alberta
Huile sur panneau de bois
50.8 cm x 60.96 cm (20” x 24”) - 2021

Lors de notre dernière visite dans les Rocheuses, nous avons eu la chance d’apercevoir un large troupeau de wapitis traverser la Rivière Athabasca à Jasper. Robert les a photographiés ainsi que ce wapiti au repos que nous avons aperçu à la sortie de la municipalité, le long de l’autoroute.

Pendant la période du rut, les puissants mâles sont agressifs et prêts à combattre les rivaux pour défendre leur harem. Nous avons été témoins de plusieurs affrontements et si c’est excitant, c’est aussi dangereux. Respectueux des animaux, nous avons gardé nos distances dans le confort et la sécurité de l’auto. Malgré cela, on pouvait entendre l’impact des bois s’entrechoquer lors des violents assaults avec leurs têtes.

Il y a longtemps que je désirais peindre cette scène. Un petit croquis sur papier pour me familiariser avec le wapiti a suffit pour que j’entreprenne le sujet. Sans plus tarder, j’ai rapidement peint la composition. Ce fut un moment de pure magie. J’avais l’impression de faire partie de l’univers de cette magnifique créature.

Along the Athabasca River
Le long de la Rivière Athabasca

AlongtheAthabascaRIver640

Along the Athabasca River
Icefields Parkway, Alberta
Oil on canvas
40.64 cm x 50.8 cm (16” x 20”) - 2021

This painting is of a scene near the Athabasca River.

Driving along the Icefields Parkway in Alberta, there are an endless number of breathtaking scenes. We stopped at many locations for short hikes to discover and admire nature.

One day, we drove to the Columbia Icefields Glacier Discovery Centre for a tour of the Athabasca Glacier. The special glacier bus dropped visitors off to go for a walk on the glacier. What a thrill that was! Unfortunately, we were not properly dressed for the cold weather, yet we had a great time.

+ + + +

Le long de la Rivière Athabasca
Promenade des Glaciers, Alberta
Huile sur toile
40.64 cm x 50.8 cm (16” x 20”) - 2021

Ce tableau représente une scène près de la Rivière Athabasca.

En Alberta, la Promenade des Glaciers offre des vues panoramiques spectaculaires. Nous avons fait de nombreuses randonnées afin de découvrir et admirer la nature de plus près.

Un jour, nous nous sommes rendus au Centre du Champ-de-Glace Columbia pour faire la tournée du glacier Athabasca. Quand l’autocar s’est arrêté, les passagers pouvaient sortir et se promener sur le glacier. C’était magnifique ! Malheureusement, nous n’étions pas bien vêtus pour nous protéger du froid mais tout de même, quelle belle expérience nous avons vécu.

Sunny Spell (Study)
Éclaircie (Étude)

Study - Sunny Spell 640

Sunny Spell (Study)
Cumberland area, Ontario
Oil on birch panel
20.32 cm x 25.4 cm (8” x 10”) - 2021

What attracted me to this painting with its dark and moody sky is how an outburst of sunlight lit the row of trees, highlighting that gold line in the field and the top of the solitary tree. A little bit of sunshine changes everything.

Last week, I set aside an in-progress large painting to dry. I did not want to start another large piece so I turned to some custom made birch boards.

These boards were destined for plein-air painting last year, but because of Covid-19 restrictions, that did not happen nor does it look promising for this year either.

So, time for some alla prima studies in my studio! My approach: establish quick compositions, be more spontaneous, loosen up and experiment with colour and light.

Listening to the music of Rod Stewart, Billy Joel and The Canadian Tenors, I painted, imagining that I was standing in the fields where there was no bugs, wind or extreme temperatures!

The result: 4 paintings in 4 days and
Sunny Spell is one of them.

My next posts are: Along Bonavista Peninsula, Cross Country Ski Trail and Dirt Road in Autumn.

These studies might serve as a template for larger paintings in the future.

+ + + + +

Éclaircie (Étude)
Région de Cumberland, Ontario
Huile sur panneau de bois
20.32 cm x 25.4 cm (8” x 10”) - 2021

Ce qui m’attire dans cette scène c’est comment une percée de soleil fait ressortir les arbres au loin malgré ce ciel menaçant. La lumière caresse le sommet de l’arbre solitaire et donne au champs l’apparence d’un mince fil d’or. Comme quoi, avec un peu de soleil, tout se transforme.

La semaine dernière j’ai mis de côté une grande toile sur laquelle je travaille, pour lui donner le temps de sécher. Entreprendre un deuxième grand tableau ne me tentait pas, alors je me suis tournée vers mes panneaux de bois.

Ces panneaux, faits sur mesure, étaient destinés à des sessions de plein air l’an passé mais avec les contraintes de la Covid-19, mon projet n’a pas eu lieu et je crains que ce soit le même scénario cette année.

J’ai donc entrepris de faire des études alla prima dans mon atelier ! Mon approche : établir rapidement mes compositions, être plus spontanée et détendue, et expérimenter avec la couleur et la lumière.

Sur la musique de Rod Stewart, Billy Joel et The Canadian Tenors, j’ai peint en imaginant que j’étais dans les champs sans les insectes, le vent et les températures extrêmes !

Résultat : 4 tableaux en 4 jours.
Éclaircie est l’un de ces tableaux.

3 autres tableaux sont affich
és séparément : Le long de la péninsule de Bonavista, Piste de ski de fond et Chemin de terre en automne.

Il est possible que ces études serviront de modèle envers des tableaux grand format.

Along Bonavista Peninsula (Study)
Le long de la péninsule de Bonavista (Étude)

Study - Along Bonavista Peninsula 640

Along Bonavista Peninsula (Study)
Newfoundland and Labrador
Oil on birch panel
20.32 cm x 25.4 cm (8” x 10”) - 2021

Our second trip to Newfoundland and Labrador was in 2008 when we toured the Bonavista Peninsula.

What appealed to me was the beauty of the seascapes, the rugged land, the silence and a feeling of isolation which can sometimes trigger a certain malaise. I love the powerful sound of ocean waves crashing against the rocks, the sharp cries of marine birds and feel the strong wind on my face.

+ + + + +

Le long de la péninsule de Bonavista (Étude)
Terre-Neuve-et-Labrador
Huile sur panneau de bois
20.32 cm x 25.4 cm (8” x 10”) - 2021

Nous avons visité la péninsule de Bonavista en 2008, lors de notre second voyage à Terre-Neuve-et-Labrador.

Tout m’interpellait tel la beauté des paysages marins, les terrains accidentés, le silence et le sentiment d’isolement qui parfois nous rend mal à l’aise. J’adore écouter le son puissant des vagues de l’océan s’écraser avec fracas contre les rochers, le cri strident des oiseaux marins et sentir les rafales de vent sur ma figure.

Cross Country Ski Trail (Study)
Piste de ski de fond (Étude)

Study - Cross Country Ski Trail 640

Cross Country Ski Trail (Study)
Mer Bleue
Conservation area - Eastern Ontario
Oil on birch panel
20.32 cm x 25.4 cm (8” x 10”) - 2021

Often, Robert and I treat ourselves to little excursions at Mer Bleue. What a pleasure it is to walk in the woods, listen to the songs of the birds and catch sight of them flying among the trees.

Everyone we meet smiles back at you because it just feels good to be in Nature. As we follow the trails, we forget about everything else as our attention is focused on the present. An uplifting and peaceful moment.

With Covid-19 and social distancing, we have not been to Mer Bleue for over a year. We both miss it very much and we can’t wait to return.

+ + + + +

Piste de ski de fond (Étude)
Mer Bleue
Zone de conservation - Est de l’Ontario
Huile sur panneau de bois
20.32 cm x 25.4 cm (8” x 10”) - 2021

Souvent, Robert et moi allons faire une petite randonnée à Mer Bleue. Quel plaisir de marcher dans la forêt, écouter le chant des oiseaux et de les apercevoir en plein vol parmi les arbres.

Les gens nous retournent un sourire parce que c’est tout simplement bon de se retrouver dans la Nature. En suivant les sentiers, nous oublions tout car notre attention est tournée vers le présent. Un moment d’inspiration et de paix.

Avec la Covid-19 et l’éloignement physique, cela fait plus d’un an que nous sommes allés à Mer Bleue. On a vraiment hâte d’y retourner.

Dirt Road in Autumn (Study)
Chemin de terre en automne (Étude)

Study - Dirt Road in Autumn 640

Dirt Road in Autumn (Study)
Gatineau Hills, Que.
Oil on birch panel
20.32 cm x 25.4 cm (8” x 10”) - 2021

Come fall, Robert and I hit the road in search of colourful landscapes. Every year is a new adventure. Driving on dirt roads in the country is fun and you are sure to discover spectacular scenes.

We do have a GPS, but eventually Robert will stop the car to check his road maps. This is when I say, “We are lost.” His reply: “We are never lost.” Thankfully, he’s always right!

+ + + + +

Chemin de terre en automne (Étude)
Collines de la Gatineau, Qc
Huile sur panneau de bois
20.32 cm x 25.4 cm (8” x 10”) - 2021

Quand l’automne arrive, Robert et moi prenons la route, à la recherche de paysages colorés. À chaque année, c’est toujours une nouvelle aventure. Quel plaisir de rouler sur des chemins de terre en campagne et découvrir des scènes spectaculaires.

Malgré notre GPS, Robert finit toujours par arrêter l’auto pour consulter ses cartes routières. Et c’est là que je dis, “ Nous sommes perdus. ” Sa réponse, “ Nous sommes jamais perdus. ” Heureusement, il a toujours raison !

Big rocks in Brigus
Gros rochers de Brigus

BrigusRocks640

Big rocks in Brigus
Brigus, Newfoundland and Labrador
Oil on wood panel - (birch)
40.64 cm x 50.8 cm (16” x 20”) - 2021

On our last trip to Newfoundland and Labrador in 2008, we stayed in the village of Brigus for a few days. Although the weather conditions were not ideal, pouring rain and fog most of the time, it did not alter the beauty and charm of the village. I wish our visit would have been longer, but we had other amazing places to visit.

This is my fourth painting of Brigus, and I doubt that it will be the last.

+ + + + +

Gros rochers de Brigus
Brigus, Terre-Neuve et Labrador
Huile sur panneau de bois
40.64 cm x 50.8 cm (16” x 20”) - 2021

Lors de notre dernier voyage à Terre-Neuve et Labrador en 2008, nous avons passé quelques jours dans le village de Brigus. Les conditions météorologiques n’étaient pas tellement bonnes, pluie incessante et brouillard. Cependant, cela n’a en aucun cas altéré la beauté et le charme de ce village. J’aurais bien aimé y rester plus longtemps mais nous avions d’autres endroits magnifiques à visiter.

Voici donc mon quatrième tableau de Brigus et j’ai bien l’impression que ce n’est pas le dernier.

Let the River Flow
Que la rivière coule

LetTheRiverFlow640

Let the River Flow
Almonte area, Ontario
Oil on birch panel
40.64 cm x 50.8 cm (16” x 20”) - 2021

On a late summer day in 2019, Robert and I took the scenic route on our way to Almonte, Ontario. We enjoy the country scenery, driving dirt roads and of course stopping at a coffee shop for a cappuccino and a treat. Robert’s fun is to drive on endless winding roads, where it seems to me at least, nobody else goes! It’s often in those areas where you discover the beauty of untouched nature.

When I saw this river, I asked Robert to stop. The sun was kissing the trees in the foreground, showing a slight change of colour in the green foliage, a sure sign that autumn was on its way.

+ + + + +

Que la rivière coule
Région d’Almonte, Ontario
Huile sur panneau de bois
40.64 cm x 50.8 cm (16” x 20”) - 2021

À la fin de l’été 2019, Robert et moi avons pris la route pittoresque en direction d’Almonte, Ontario. Que c’est agréable se promener en campagne sur des chemins de terre et s’arrêter dans un café pour savourer un bon cappuccino et une petite gâterie. Robert prend plaisir à conduire sur des chemins de terre interminables où j’ai souvent l’impression que personne ose s’aventurer ! C’est dans ces endroits peu fréquentés que l’on découvre parfois la beauté d’une nature intacte.

Quand j’ai aperçu cette rivière, j’ai demandé à Robert d’arrêter l’auto. Le soleil effleurait les arbres au premier plan, révélant ainsi le changement des couleurs du feuillage vert, signe que l’automne approchait.

The Red Cliffs of Cavendish
Les falaises rouges de Cavendish

RedCliffsofCavendish640

The Red Cliffs of Cavendish
Cavendish, Prince Edward Island
Oil on birch panel
50.8 cm x 60.96 cm (20” x 24”) - 2021

In 2012 Robert and I spent a week on Prince Edward Island. Our trip started and ended in Charlottetown. We landed at the airport on a hot sunny day. After dinner, a pleasant breeze cooled the air, which made for a comfortable stroll in Victoria Park. Such a lovely evening!

During this trip we visited the Confederation Centre Art Gallery, private art galleries, museums, Green Gables Heritage Place, coffee shops, restaurants, Prince Edward Island National Park and spent hours walking on the beaches along the coastline. We took photos of a colony of Cormorants in Orby Head, light houses, fishermen boats and parks. A fantastic trip.

Since March 2020, life has drastically changed and we sorely miss our travels and to follow bird migrations. We look forward to revisiting the Maritimes and Newfoundland and Labrador when the pandemic is over. Meanwhile, like everybody else, we follow the rules and stay home where we are safe. Better days are coming.

+ + + + +

Les falaises rouges de Cavendish
Cavendish, Île-du-Prince-Édouard
Huile sur panneau de bois
50.8 cm x 60.96 cm (20” x 24”) - 2021

Robert et moi avons passé une semaine à l’Île-du-Prince-Édouard en 2012. Le voyage a débuté et s’est terminé à Charlottetown. Une chaleur écrasante nous a accueilli à l’aéroport. Après un excellent souper, une légère brise avait rafraichi l’air, alors nous nous sommes promenés dans le Parc Victoria. Quelle belle soirée!

Au cours de la semaine, nous avons visité le Centre des Arts de la Confédération, galleries d’art, musées, le Site patrimonial Green Gables, petits cafés, restaurants, le parc national de l’Île-du-Prince-Édouard et avons passé des heures à marcher sur les plages. Nous avons pris des photos d’une colonie de Cormorants à Orby Head, phares, bateaux de pêche et parcs. Un beau voyage.

La vie a brusquement changée depuis mars 2020 et cela nous manque énormément de voyager et de suivre la migration des oiseaux. Nous avons hâte de revisiter les Maritimes ainsi que Terre-Neuve et Labrador lorsque la pandémie sera finie. Entre-temps, comme tout le monde, nous respectons les règlements et restons confinés à la maison afin de nous protéger. Des jours meilleurs sont à l’horizon.

It's cold!
Fait froid !

ItsCold640

It’s cold!
Series: Joie de Vivre
Gatineau, Québec
Oil on oval wood panel
49.53 cm x 29.21 cm (19.5” x 11.5”) - 2020

My sister-in-law, Diane, is the model in this painting. I wanted a scene of her dressed up for a winter walk.

Because of Covid 19, I could not go to their place and take photos of her so my brother Roger was promoted to photographer for the day. Keeping in mind some of my suggestions, they went for an outdoors photography session.

While reviewing the photos later on, I saw how much fun that they had doing this project for me and it made me laugh. They laughed, played in the snow and made snow angels like when we were kids! The simple pleasures of life are truly the best ones.

+ + + + +

Fait froid !
Série : Joie de Vivre
Gatineau, Québec
Huile sur panneau de bois en oval
49.53 cm x 29.21 cm (19.5” x 11.5”) - 2020

Ma belle-soeur Diane a servi de modèle pour ce tableau. Je désirais une scène d’hiver et qu’elle soit chaudement vêtue pour la marche.

Avec les restrictions de la Covid 19, je ne pouvais pas prendre des photos de Diane. Ainsi, mon frère Roger a été promu photographe du jour. Après leur avoir suggéré quelques scénarios, ils sont allés dehors pour une séance de photographie.

Plus tard, en regardant les photos, je me suis mise à rire quand j’ai constaté le plaisir qu’ils ont eu à faire ce projet pour moi. Les photos révèlent leurs fous rires, qu’ils ont joué dans la neige et ont fait des anges comme des enfants ! Comme quoi, les plaisirs simples de la vie sont vraiment les meilleurs.

Parker Ridge (1)
Chaînon Parker (1)

Parker Ridge North-East View (1)-640

Parker Ridge North-East View (1)
Banff National Park, Alberta
Oil on Canvas
38.1 cm x 76.2 cm (15” x 30”) - 2020

Parker Ridge is located just off Icefields Parkway. It is a moderate switchback trail of 2.7 km (one way) with an elevation gain of 250 m. The round trip takes approximately 2.5 hours.

It was an overcast day when we went on this hike and clouds were accumulating rapidly. As I interpreted the rugged landscape for this painting, I remembered the feelings of isolation and peace I experienced at the time.

As we gained altitude, the temperature dropped and the wind picked up. We were glad we were properly dressed. My toque and gloves were very much appreciated! As we climbed, I stopped often to admire and absorb the fantastic views.

Robert knew where we were heading, which suggests that I did not. True! Frankly, I was delighted by the inspiring views to paint later on in my studio.

When we arrived on top of Parker Ridge, we were both holding on to our toques. The bitter cold and strong winds made my eyes tear up. I admit that towards the end of the hike I was concentrating on where I was putting my feet while dreaming of how good it will be to return to the car and turn on the heat.

Robert said something which I could not hear because of the wind so he pointed out and shouted, “Turn around!” I did and for a few seconds, I almost forgot about the bitter cold as I tried to grasp what I was looking at, the majestic Saskatchewan Glacier. A few years ago I painted an almost abstract view of the glacier which was sold.

Another view of Parker Ridge is in the works.

+ + + + +

Chaînon Parker - Vue Nord Est (1)
Parc national Banff, Alberta
Huile sur toile
38.1 cm x 76.2 cm (15” x 30”) - 2020

Le Chaînon Parker est situé le long de la Promenade des Glaciers dans les Rocheuses canadiennes. Le sentier de randonnée zigzague sur une distance de 2,7 km (aller seulement) avec un gain d’altitude de 250 m. C’est une randonnée modérée et l’aller-retour prend environ 2 heures et demie.

Le ciel était couvert et les nuages s’accumulaient rapidement quand nous avons entrepris la randonnée. En peignant ce tableau, je me suis souvenue du sentiment d’isolement et de paix intérieure que j’avais ressentie face à cet étonnant paysage au relief accidenté.

Plus on montait, plus la température chutait et la force du vent glacial augmentait cruellement. Que nous étions contents d’être bien vêtus et j’ai fort apprécié ma tuque et mes gants ! Malgré tout, je me suis arrêtée à maintes reprises pour contempler les scènes époustouflantes.

Évidemment, Robert savait ce qui nous attendait au sommet alors que moi … J’étais sous le charme des paysages inspirants et j’avais hâte de retourner dans mon atelier pour les peindre.

Arrivés au sommet du Chaînon Parker, on s’agrippait à nos tuques que le vent s’acharnait à nous enlever. Les rafales de vent et le froid mordant m’arrachaient les larmes. J’avoue que vers la fin de la randonnée, je concentrais mes efforts là où je mettais le pied et je rêvais de me retrouver bien au chaud dans l’auto.

Robert a dit quelque chose mais le vent emporta ses paroles. Alors, il a crié en pointant du doigt, “Regarde derrière toi !” En me tournant j’ai presqu’oublié le froid mordant tellement j’essayais de saisir le spectacle grandiose devant mes yeux, le majestueux glacier Saskatchewan. J’ai peint et vendu une scène abstraite du glacier il y a quelques années.

Une deuxième toile de notre randonnée du Chaînon Parker est en cours.

Pileated Woodpecker
Grand Pic

PileatedWoodpecker640

Pileated Woodpecker - male
Oil on birch panel
60.96 cm x 45.72 cm (24” x 18”) - 2020
Note: See video: Stages of an oil painting - Pileated Woodpecker

When I received Brenda’s photo of a Pileated Woodpecker, I rescheduled my projects to do this painting because I could not get out of my mind this striking and elusive bird among the foliage. The red moustache and red crest running down to its beak confirms this is a male.

My aim was to recreate a mood similar to when we walk in the forest and unexpectedly catch sight of a beautiful bird. Our senses become suddenly on high alert. Everything seems brighter, more vibrant, more intense, almost surreal. This magical moment only lasts a few seconds, but it has the enormous power to touch our heart and fill us with joy. Later on, we can relive the experience because this precious moment remains locked within us. It’s that gift from nature which I tried to capture.


+ + + + +


Grand Pic - mâle
Huile sur panneau de bois
60.96 cm x 45.72 cm (24” x 18”) - 2020
Note: Voir la vidéo : Étapes d’un tableau - Grand Pic

Quand Brenda m’a fait parvenir sa photo du Grand Pic, je suis tombée sous le charme. J’étais incapable de penser à autre chose alors j’ai reporté mes projets pour peindre ce magnifique oiseau camouflé parmi le feuillage. Sa moustache rouge ainsi que sa huppe rouge vif qui descend jusqu’à la base de son bec nous confirme la présence d’un mâle.

J’ai voulu recréer l’atmosphère quand on se promène dans la forêt et que soudain on découvre un bel oiseau. Nos sens s’aiguisent. Tout s’illumine, les couleurs deviennent plus éclatantes, plus intenses. C’est presqu’irréel. Ce moment éphémère possède l’énorme pouvoir de remplir notre coeur d’une grande joie. La magie de cet instant se poursuit quand plus tard nous faisons appel à ce merveilleux souvenir afin de revivre la scène. Ç’est ce cadeau de la nature que j’ai cherché à saisir.

Ospreys Update
Balbuzards pêcheurs - Mise à jour

RRCA400

Ospreys640

Ospreys
Cooper Marsh Conservation Area, South Lancaster, Ont.
Oil on birch panel
60.96 cm x 45.72 cm (24” x 18”) - 2020

This week I delivered the Ospreys painting to the Raisin Region Conservation Authority. Details about fundraising for the Cooper Marsh will follow.

+ + +

Balbuzards pêcheurs
Zone de conservation du Marais Cooper, South Lancaster, Ont.
Huile sur panneau de bois
60.96 cm x 45.72 cm (24” x 18”) - 2020

Cette semaine, j’ai remis le tableau des Balbuzards pêcheurs à L’Office de la protection de la nature de la région de Raisin (Raisin Region Conservation Authority). Je vous informerai des détails à venir concernant la levée de fonds.

Ospreys
Balbuzards pêcheurs

Ospreys640

Ospreys
Cooper Marsh Conservation Area, South Lancaster, Ont.
Oil on birch panel
60.96 cm x 45.72 cm (24” x 18”) - 2020

Once or twice a year, Robert and I visit the Cooper Marsh Conservation Area, a significant wetland in Ontario which hosts numerous wildlife species. Wetland birds that breed at Cooper Marsh include the Osprey, American Bittern, Virginia Rail, Sora, Green Heron, Wood Duck, Pied Billed Grebe, Black-Crowned Night Heron, Sandhill Cranes and the rare Least Bittern. The Marsh contains a wide variety of amphibians, turtles and fish. During spring and fall migrations, many bird species visit the Marsh.

Osprey are most often seen near open water and marshes, since their diet consists mainly of fish. On an early spring visit, Robert took photos as an adult Osprey was about to land on the branch below which another was already perched. I like to think that they were enjoying a little bit of freedom prior to performing their nesting duties. The old dead tree has been a favoured perching spot for years, but unfortunately on our last visit most of the tree had fallen.

I was curious about those Ospreys so I contacted the office of the Raisin Region Conservation Authority (RRCA;
https://rrca.on.ca) to enquire about the birds and they kindly answered my questions.

Osprey have been nesting yearly at Cooper Marsh since 2011. Currently there is one resident nesting pair in the middle of the Marsh. Three platforms were constructed over the years to encourage Osprey to nest there, only one of which is currently utilized. Throughout Lake St. Francis there were upwards of 20 nesting pairs during the 2019 season. Osprey within Lake St. Francis area tend to fledge between 1 and 3 young annually.

RRCA and CMC (Cooper Marsh Conservators) both raise funds for the Marsh so I have donated my painting of the Ospreys to help with the fund raising.

Find out about the staff and volunteers who accomplish vital work to protect this important wetland by visiting
https://rrca.on.ca/page.php?id=44.

+ + +

Balbuzards pêcheurs
Zone de conservation du Marais Cooper, South Lancaster, Ont.
Huile sur panneau de bois
60.96 cm x 45.72 cm (24” x 18”) - 2020

Une fois ou deux l’an, Robert et moi visitons le Marais Cooper, une zone de conservation importante des milieux humides en Ontario. Parmi les oiseaux de marais qui s’y reproduisent on retrouve entre autre : le Balbuzard pêcheur, le Butor d’Amérique, le Râle de Virginie, la Marouette de Caroline, le Héron vert, le Canard branchu, le Grèbe à bec bigarré, le Bihoreau gris, la Grue du Canada et le Petit Blongios dont l’espèce est menacée. On y retrouve aussi une variété d’amphibiens, tortues et poissons. Lors de la migration du printemps et de l’automne, plusieurs espèces d’oiseaux visitent le Marais.

On aperçoit le Balbuzard pêcheur le long des grands lacs, fleuves, rivières et marais car il se nourrit principalement de poisson. En début de printemps, Robert a saisi quelques photos au moment où un adulte allait se poser sur la branche située sous l’oiseau déjà perché. J’aime croire qu’ils profitaient de leur liberté avant d’entreprendre leur rôle exigeant de soins parentaux. Pendant des années, l’arbre mort était leur perchoir favori. À notre dernière visite, une partie de l’arbre est malheureusement tombée dans le marais.

J’étais curieuse envers cette paire de Balbuzards pêcheurs et j’ai joint l’Office de la protection de la nature de la région de Raisin (Raisin Region Conservation Authority, RRCA;
https://rrca.on.ca) pour m’informer sur ces oiseaux et ils ont eu la gentillesse de me répondre.

Depuis 2011, le Balbuzard pêcheur niche
à tous les ans au Marais Cooper. Cependant, une seule paire y a construit son nid au milieu du Marais. Au fil des ans, trois plateformes ont été installées pour encourager le Balbuzard pêcheur à y construire son nid mais une seule plateforme est utilisée. Lors de la période de reproduction en 2019, on a observé plus d’une vingtaine de couples qui nichaient le long du lac Saint-François. Le Balbuzard pêcheur que l’on retrouve le long du Lac Saint-François produit entre 1 et 3 jeunes par année.

Le RRCA et le CMC (Cooper Marsh Conservators) amassent des fonds pour le Marais alors j’ai fait don de ma toile des Balbuzards pêcheurs pour aider.

Pour en savoir plus sur le personnel et les bénévoles qui se dévouent
à protéger cette zone humide importante, voici le lien : https://rrca.on.ca/page.php?id=44.

Trumpeter Swans
Cygnes trompette

TrumpeterSwans640

Trumpeter Swans
Pemberton Valley, B.C.
Oil on canvas
45.72 cm x 60.96 cm (18” x 24”) - 2020

I was inspired to do this painting after my friend Brenda Williams sent me several photos she took of these Trumpeter swans. We share a passion for birds and occasionally she provides me with fantastic material to paint from. Painting birds is a recent interest for me, which holds many challenges. I am very grateful for her encouragement.

During the spring migration in February, Trumpeter swans pass through the north Pemberton Valley of British Columbia to feed and rest before heading north to Alaska.

Located at the end of the Pemberton Valley is the volcano, Mount Meager.

+ + + +

Cygnes trompette
Vallée de Pemberton, C.-B.
Huile sur toile
45.72 cm x 60.96 cm (18” x 24”) - 2020

Mon amie Brenda Williams m’a envoyé des photos qu’elle a prises lors du passage des Cygnes trompette dans la Vallée de Pemberton. Nous partageons la même passion pour les oiseaux et parfois elle m’offre de merveilleux sujets à peindre. J’apprécie énormément son appui.

La migration printanière des Cygnes trompette a lieu en février. Les cygnes s’arrêtent dans la Vallée de Pemberton en Colombie-Britannique pour se reposer et se nourrir avant de poursuivre leur trajet en direction nord, vers l’Alaska.

À la limite de la Vallée de Pemberton se trouve le volcan, Mount Meager.

Cape Spear
Cap Spear

CapeSpear640

Cape Spear
Lighthouse National Historic Site, N.L.
Oil on birch panel
50.8 cm x 40.64 cm (20” x 16”) - 2020

Our first visit to Newfoundland and Labrador was in 2005. We had an amazing week in Gros Morne National Park, which offers breathtaking and unexpected sights like the astonishing Tablelands. As we followed a 4 km trail there, the barren landscape gave me an eerie impression of being on another planet.

We walked the 3 km trail to Western Brook Pond fjord. I wish we could have taken the boat tour, but I am prone to motion sickness.

It was delightful to discover along the coast the fishing villages of Trout River, Woody Point and Norris Point, to name a few.

During our second week, we slept at a B&B in Witless Bay. Unfortunately, thick fog and pouring rain settled in during our stay, so we had to change many plans.

One morning we drove to Cape St. Mary’s Ecological Reserve bird sanctuary located on the southwest corner of the Avalon Peninsula. We hoped the fog would lift by the time we arrived but it did not. We went to the Interpretation Centre to enquire if it was safe to go to the Bird Rock, where northern gannets and several other bird species nest. It is only a 1 km footpath and they advised that we remain on the trail. The path was a bit slippery, and as our walk progressed I noticed poop along the trail. I mean, a lot of poop! I asked Robert if he knew what animal would produce such volume. He had no clue. It made me feel uneasy but we kept walking and I was very careful not to step in it.

I raised my head to see where Robert was and saw a large shape heading towards me. The fog was too dense and I could not figure out what it was. For a second, maybe 2 or 3, my heart stopped. Then another similar shape appeared and another. Sheep! Huge sheep! We had never seen such big sheep. What a relief!

Since the fog persisted, we could not see the birds but I will never forget the powerful sound of the waves crashing against the cliffs, the strong smell in the air, the screeching cries of the thousands of birds and the deafening sound of the foghorn coming from the Coast Guard lighthouse.

Our trip ended in St. John’s where we spent 2 nights. The weather was a bit more cooperative so we walked the city streets, strolled along the harbour, enjoyed fantastic food, savoured treats in coffee shops, visited The Rooms Provincial Art Gallery and museum along with other art galleries.

One morning we drove from St. John’s to Cape Spear, where the sun first rises in North America, to see the oldest surviving lighthouse in Newfoundland and Labrador. On the other side of the ocean facing the lighthouse is Ireland. So close and yet so far away. Much marine history is attached to the lighthouses along the coast, as lives depended on them. I can only imagine the relief of fishermen in their small boats and of people aboard ships, seeing lights in the distance, hope and safety.

+ + + +

Cap Spear
Lieu historique national du Phare-de-Cap-Spear, T.-N.-L.
Huile sur panneau de bois
50.8 cm x 40.64 cm (20” x 16”) - 2020

Notre premier voyage à Terre-Neuve-et-Labrador remonte en 2005. Nous avons passé une semaine formidable à découvrir le Parc National Gros Morne où des scènes époustouflantes nous attendaient avec des paysages étonnants comme les Tablelands. En parcourant la piste de 4 km de ce paysage dénudé au sol aride, j’avais la curieuse impression d’être sur une autre planète.

Pour nous rendre au fjord Western Brook Pond nous avons parcouru un sentier de 3 km. J’aurais tellement aimé faire la tournée en bateau mais le mal de mer m’en a empêchée.

Découvrir la nature et les villages des pêcheurs dispersés le long de la côte fut un réel plaisir pour nous deux.

La deuxième semaine, nous avons séjourné dans une maison d’hôte à Witless Bay. Pendant plusieurs jours un épais brouillard et une pluie incessante nous ont empêché de poursuivre nos activités.

Un jour, nous nous sommes rendus à la Réserve Écologique de Cap St. Mary’s située au sud-ouest de la Péninsule d’Avalon. Nous espérions que le brouillard serait dissipé à notre arrivée mais ce ne fut pas le cas.

Au Centre d’interprétation on nous a fortement suggéré de ne pas dévier du sentier qui longe les falaises sur une distance de 1 km avant d’arriver au Bird Rock, là où les Fous de Bassan et bien d’autres espèces d’oiseaux y font leurs nids.

Le sol était glissant et couvert de crottes. J’ai demandé à Robert s’il savait de quel animal il s’agissait. Il n’avait aucune idée. Malgré mes craintes, nous avons poursuivi notre trajet et j’évitais autant que possible à mettre les pieds dedans.

En levant la tête pour voir où se trouvait Robert, une forme imposante avançait vers moi. L’épais brouillard m’empêchait de distinguer ce que c’était et j’avoue que l’espace de quelques secondes le coeur m’a manqué. Une autre forme est apparue et une autre. Des moutons ! D’énormes moutons ! Quel soulagement !

Arrivés au Bird Rock, nous pouvions à peine distinguer les oiseaux toujours à cause du brouillard. Cependant, je n’oublierai jamais le fracas des vagues qui s’écrasaient avec puissance au pied des falaises, la senteur de l’air marin, les cris stridents de milliers d’oiseaux et le son assourdissant de la sirène du phare de la Garde Côtière.

Notre voyage s’est terminé avec un séjour de 2 nuits à St. John’s. La température étant plus clémente, nous avons parcouru à pied les rues de la ville et le port, savouré de bons repas et petites gâteries dans les cafés, visité The Rooms et plusieurs galeries d’art.

Un matin nous avons fait le trajet entre St. John’s et Cap Spear où se trouve le plus ancien phare de Terre-Neuve-et-Labrador. L’endroit où le soleil se lève en premier en Amérique du Nord. De l’autre côté de l’océan, faisant face au phare, se trouve l’Irlande. Si proche et pourtant si loin.

Tant d’histoires sont reliées aux phares qui longent la côte car les vies dépendaient de ceux-ci. J’imagine le soulagement ressenti par les pêcheurs à bord de leurs petits bateaux ou les gens sur les navires en apercevant la lumière d’un phare au loin, l’espoir et la sécurité.

Mute Swan
Cygne tuberculé

MuteSwan640

Mute Swan
Holiday Beach Conservation Area
Near Amherstburg, south of Windsor, Ont.
Oil on birch panel
45.72 cm x 60.96 cm (18” x 24”) - 2020

It is disheartening to see the devastation caused by COVID-19 across the planet. My heart goes out to the families grieving the loss of a loved one.

I am thankful to all health care personnel who put themselves at risk for us, to front-line and essential workers for keeping our country going while so many Canadians stay home to prevent the spread of the virus. Thank you to farmers, grocery store employees, cashiers and truckers for ensuring we have food on our tables, access to pharmaceutical medications and products we need in our daily lives. Thank you to the federal, provincial and municipal politicians and employees and to the numerous businesses for their support and collaboration during this pandemic.

In the midst of this global tragedy I try to find some peace of mind through my art, and as always my sources of inspiration are nature and birds.

In June 2015, Robert and I went to the observation tower of Holiday Beach Conservation Area, which is located about an hour west of Point Pelee National Park.

From the observation tower Robert took several photos of a swan as it lifted off the marshy water. As its wings slapped the water’s surface it produced an astonishing sound. It was impressive watching this large and magnificent bird gain altitude, a scene of simple beauty and freedom.

Take good care of yourselves and your families.

+ + + +

Cygne tuberculé ou Cygne muet
Holiday Beach Conservation Area (Zone de conservation)
Près d’Amherstburg, au sud de Windsor, Ont.
Huile sur panneau de bois
45.72 cm x 60.96 cm (18” x 24”) - 2020

C’est tellement triste de voir tous les ravages causés par le virus COVID-19 sur notre belle planète. Mes sincères condoléances aux familles qui ont perdu un être cher.

Merci à tous les employés des soins de santé qui se mettent à risque pour nous, aux employés de première ligne et des services essentiels qui gardent le fort alors que nous sommes confinés à la maison afin de prévenir la propagation du virus. Merci aux agriculteurs, aux employés et caissières dans les épiceries et aux camionneurs. Grâce à vous, nous avons de la nourriture sur nos tables, accès aux médicaments pharmaceutiques et aux produits nécessaires du quotidien. Merci aux nombreuses entreprises, aux politiciens fédéraux, provinciaux et municipaux ainsi qu’aux employés de la fonction publique pour votre soutien et solidarité durant cette pandémie.

Je garde le moral à travers ma peinture et comme toujours, mes sources d’inspiration sont la nature et les oiseaux.

En juin 2015, Robert et moi avons visité le “Holiday Beach Conservation Area”, situé à l’ouest du parc national de la Pointe-Pelée.

De la tour d’observation, Robert a pris plusieurs photos de cet énorme oiseau alors qu’il prenait son envol des eaux marécageuses. En frappant la surface de l’eau avec ses ailes, il produisait un son incroyable. C’était impressionnant voir ce magnifique cygne s’élevé dans les airs. Une scène d’une grande simplicité et de liberté.

Prenez bien soin de vous et votre famille.

Yellow Warbler
Paruline jaune

YellowWarbler640

Yellow Warbler - male
Lighthouse Trail
Presqu’ile Provincial Park, Ont.
Oil on birch panel
15.24 cm x 20.32 cm (6” x 8”) - 2019

Last May, we went on a birding trip to Presqu'ile Provincial Park. Walking along the Lighthouse Trail, I stopped to bask in the surroundings and listen to the songs of the birds. You cannot always see birds through the tree foliage, but you certainly can hear them.

Near me, a bird sang. I slowly turned around and saw this Yellow Warbler perched on a branch above my head. His striking plumage took my breath away and his song filled my heart with happiness. What a privilege to be so close to this charming bird!

Before he flew away, I took some photos but I received so much more pleasure admiring him up close. It is magical that such a small creature has the power to enrich our lives.

+ + + + +

Paruline jaune - male
Sentier Lighthouse
Parc provincial Presqu’île - Ont.
Huile sur panneau de bois
15.24 cm x 20.32 cm (6” x 8”) - 2019

En mai dernier, nous avons visité le parc provincial Presqu’île afin d’observer les oiseaux. En me promenant le long du sentier Lighthouse, je me suis arrêtée pour prendre le temps de m’imprégner des lieux. S’il est parfois difficile d’apercevoir les oiseaux à travers le feuillage des arbres, leur chant n’en demeure pas moins ravissant.

Tout près de moi, un oiseau se mit à chanter. Lentement, je me suis tournée pour le repérer. Perchée sur une branche au-dessus de ma tête, se trouvait cette Paruline Jaune. Son plumage jaune vif m’a émerveillée et son chant a rempli mon coeur de joie. Quel privilège !

Avant qu’il ne s’envole, j’ai réussi à prendre quelques photos. Cependant, mon plaisir fut de pouvoir l’admirer à ma guise. C’est merveilleux qu’une si petite créature puisse illuminer nos vie par sa présence.

Winter
L'hiver

WinterMerBleueTrail640

Winter
Mer Bleue
Conservation area - Eastern Ontario
Oil on birch panel
45.72 cm x 60.96 cm (18” x 24”) - 2020

Mer Bleue is one of our favourite destinations for a walk in the forest. We are so fortunate to have access to this conservation area which consists of a bog and several walking and hiking trails. Some trails have a picnic area so we can prolong our stay in nature and enjoy eating outdoors. These trails are very popular in the winter for cross-country skiing and snowshoeing.

We make sure to bring along sunflower seeds, because as you enter the woods cheerful chickadees greet people. They are looking for food and if you extend your hand with sunflower seeds in your palm, they will fly down and pick one up, sometimes taking their time to select the best one, before flying to a nearby branch where they break the shell with their small beaks to get at the seed inside.

The deeper you walk into the woods, you are sure to hear busy woodpeckers digging holes in a tree in search of food. If you look carefully in the direction of where the sound is coming from, you will catch sight of the bird at work.

When I walk into the forest, life becomes simpler and peaceful. The smell of the trees and the earth bring my senses to another place. The sound of our footsteps on the ground is pleasing and has a calming effect on me. I savour this precious moment with my husband, Robert.

+ + + +

L’hiver
Mer Bleue
Zone de conservation - Est de l’Ontario
Huile sur panneau de bois
45.72 cm x 60.96 cm (18” x 24”) - 2020

Mer Bleue est l’une de nos destinations préférées quand on a le goût d’aller se promener dans les bois. Nous sommes privilégiés d’avoir accès à cette zone de conservation où l’on retrouve une tourbière ainsi que plusieurs sentiers de randonnées. Sur certains sentiers, il existe des aires de pique-nique nous permettant ainsi de prolonger notre aventure dans la nature et savourer un bon repas en plein air. En hiver, ces sentiers sont populaires pour les adeptes du ski de fond et de la raquette.

Nous apportons toujours des graines de tournesol car à l’entrée du sentier, des mésanges à tête noire accueillent les visiteurs en quête de nourriture. En allongeant le bras, ces oiseaux viennent cueillir les graines dans le creux de notre main. Parfois, ils prennent leur temps pour choisir les meilleures ! Puis, les mésanges s’envolent sur une branche où elles brisent l’écaille avec leur bec pour saisir la graine qui se trouve à l’intérieur.

Nos promenades à la Mer Bleue sont toujours agréables. J’ai l’impression que plus on s’enfonce dans la forêt, plus la vie devient simple et paisible. La senteur des arbres et le son apaisant de nos pas sur le sol de la forêt me transporte dans un autre univers et je savoure pleinement ce précieux moment avec mon époux, Robert.

Along Icefields Parkway
Le long de la Promenade des Glaciers

Along IcefieldsParkway640

Along Icefields Parkway
Jasper National Park, Alta.
Oil on birch panel
50.8 cm x 60.96 cm (20” x 24”) - 2020

In a previous Facebook post, dated August 10, 2018 titled Icefields Parkway, I wrote about our trip to the Rockies and the drive along the Icefields Parkway between Jasper and Banff. This painting represents another scene from that trip.

It is a bold and unusual composition for me but this is what I love about nature. What struck me was the prominent face and the rich colours of this imposing rock cliff. It has a dramatic impact that makes one wonder and marvel at how life can exist in such a harsh environment.

+ + + +

Le long de la Promenade des Glaciers
Parc national Jasper, Alb.
Huile sur panneau de bois
50.8 cm x 60.96 cm (20” x 24”) - 2020

Le 10 août 2018, j’ai affiché sur Facebook une toile et un texte intitulés : La Promenade des Glaciers, décrivant notre voyage dans les Rocheuses ainsi que le trajet parcouru entre Jasper et Banff. Cette toile représente une autre scène prise lors de ce voyage.

Ce paysage insolite, dominé par cette imposante falaise m’a incitée à le peindre. La falaise m’a impressionnée, non seulement par sa présence mais aussi par la beauté de ses couleurs. C’est incroyable que la vie subsiste malgré tout dans un environment aussi dur et impitoyable !

Twisted Pine
Pin tordu

TwistedPine640

Twisted Pine
Lighthouse Point Trail
Killbear Provincial Park, Ont.
Oil on birch panel
45.72 cm x 60.96 cm (18” x 24”) - 2019

In September 2019, we visited the northern part of Georgian Bay. We drove up the Ottawa valley to North Bay, then across to Sudbury and Parry Sound.

Science North in Sudbury is a must see. We spent hours learning about animals, snakes, birds, insects, spiders, including large tarantulas and enormous cockroaches. I learned that turtles are scavengers and watched a mid-sized one being fed dead mice!

We went on several hikes in Killarney Provincial Park and especially enjoyed the Chikanishing Trail. It is a 3 km (1.5 hours) trail, classified as moderate due to the rocky terrain.

Driving to Parry Sound was unpleasant. Pouring rain and thunder all day and night. Our reward for this lousy weather was an excellent dinner at the Log Cabin Inn. The place was packed with people and the food was fantastic!

On Saturday morning we drove to Killbear Provincial Park and walked the Lighthouse Point Trail (800 m loop). An easy to moderate rocky trail with many exposed roots. The water level of Lake Huron was high, and in some areas along the trail, waves came crashing almost to the tips of our hiking boots. I stopped often to listen to the sound of the waves and feel the strong wind on my face. I filled my lungs with fresh air and savoured the moment.

And this is where Twisted Pine and I met. An emotional and powerful encounter that made me tear up.

What strongly appeals to me about this ageing and wounded tree is its determination to live as it fights back against nature’s harsh elements. With its exposed roots solidly anchored to the rocks, it is not going anywhere! It is resilient, stubborn, strong and beautiful, an homage to life.

Huntsville was our last destination, and the next morning we headed east through Algonquin Park. The drive back was lovely, and the sun highlighted the autumn colours that had just started to show.

+ + + +

Pin Tordu
Sentier de la pointe Lighthouse
Parc provincial Killbear, Ont.
Huile sur panneau de bois
45.72 cm x 60.96 cm (18” x 24”) - 2019

En septembre dernier, nous avons visité le nord de la baie Georgienne. En passant par la Vallée de l’Outaouais nous nous sommes rendus à North Bay puis Sudbury et Parry Sound.

À Sudbury, nous avons visité Science Nord et avons passé des heures à observer des animaux, serpents, oiseaux, insectes, araignées et tarentules ainsi que d’énormes coquerelles aussi appelées blattes ou cafards. J’ignorais que les tortues sont des charognards et j’en ai vu une avaler des souris mortes!

Au parc provincial Killarney, nous avons fait plusieurs randonnées et nous avons tout particulièrement apprécié parcourir le sentier Chikanishing. Un terrain rocheux de 3km (1.5 heures). Niveau modéré.

Sous une tempête de pluie et de tonnerre, le trajet entre Killarney et Parry Sound fut éprouvant. Notre récompense pour avoir subi ce misérable temps de canard fut un excellent souper au Log Cabin Inn. L’endroit était bondé de monde et la nourriture délicieuse !

Samedi matin, nous nous sommes rendus au parc provincial Killbear et avons entrepris le sentier de la pointe Lighthouse (une boucle de 800 m). Le niveau du lac Huron était élevé et à certains endroits les vagues effleuraient presque la pointe de nos bottes de randonnées. Je me suis souvent arrêtée pour remplir mes poumons d’air frais, savourer le vent sur mon visage et écouter avec plaisir le son des vagues.

C’est là que Pin Tordu et moi avons fait connaissance. Le courage de ce majestueux pin âgé, blessé et démuni m’a émue aux larmes.

Avec panache, il affiche une détermination exceptionnelle. Au fil des ans, il a grandi et s’est taillé une place. Sa place. Son puissant désir de vivre le pousse à lutter contre les cruels assauts des éléments naturels. Son tronc est tordu et il a perdu plusieurs branches. Mais, ses racines exposées sont fermement agrippées au rocher. Il ne lâche pas. Il est résilient. Il est beau et fier. Un merveilleux hommage à la vie.  

Notre voyage s’est terminé à Huntsville et le lendemain matin nous avons traversé le Parc Algonquin pour retourner à la maison. Le soleil caressait les premières couleurs automnales. C’était beau !

Green Heron
Héron vert

GreenHeron

Green Heron
Oil on canvas
40.64 cm x 50.8 cm (16” x 20”) - 2019

While on vacation in Costa Rica, our friend Barb went on a nature tour with a group. From a slow moving boat she took photos of birds and other wildlife which she later sent me to use for my artwork. I am fortunate to have good friends who kindly provide me with fantastic material to paint. Through their eyes, I discover new worlds.

The scene Barb captured greatly appealed to me because this secretive bird, about the size of a crow, was caught hunting in its habitat. Standing still on the branch above the water, it was about to strike for food, either a small fish or a frog.

While creating this painting, it was easy to imagine life in such a sinister environment. I could feel the eerie ambiance of a hot and humid day in a swamp dense with branches and foliage and murky waters. All creatures must be on guard as a predator can quickly become prey.

+ + + +

Héron vert
Huile sur toile
40.64 cm x 50.8 cm (16” x 20”) - 2019

En voyage au Costa Rica, notre amie Barb s’est jointe à un groupe pour faire une tournée en bateau. Comme celui-ci avançait lentement sur l’eau, elle a pris des photos d’oiseaux et d’animaux qu’elle m’a par la suite remises pour mon travail. Je suis privilégiée d’avoir des amis qui m’offrent du matériel fantastique à peindre. À travers leur regard, je découvre des univers fabuleux.

La scène du Héron vert prise alors qu’il chassait dans son habitat naturel, m’interpellait énormément. Perché sur la branche au-dessus de l’eau, il était sur le point d’attraper un petit poisson ou une grenouille pour se nourrir.

En peignant ce tableau, j’imaginais la vie dans ce milieu particulièrement inquiétant. Une journée chaude et humide, un marécage saturé de branches et de feuillages divers entouré d’une eau boueuse suggère la vigilance car un prédateur peut rapidement devenir une proie.

Caspian Tern
Sterne caspienne

CaspianTern

Caspian Tern
Presqu’ile Provincial Park, Ont.
Oil on birch panel
45.72 cm x 60.96 cm (18” x 24”) - 2019

We went on a birding trip to Presqu’ile Provincial Park last month. Warblers had arrived and we hoped to see a few along with other bird species.

Unfortunately, Lake Ontario’s level was still high and some trails were flooded while others were muddy. We had to cut short several hikes and double back, which was disappointing. A good pair of rubber boots would have been useful, as we would at least have had access to the beach. Lesson learned for next time.

We spent time at the lighthouse watching Double-crested Cormorants zoom by as they headed for a place to swim and catch fish on the lake. We walked along the trail to the Government Dock and a few other places.

The Marsh Boardwalk Trail was flooded in some areas, so obviously it was closed. Still, we spent 40 minutes watching this Caspian Tern from the observation platform. This bird is the largest of the tern species, about the size of a seagull.

The Caspian Tern kept circling over the marsh, hunting for food. What an expert diver he was! It was too far away for me to take good pictures with my camera, so while Robert was taking photographs, I had the pleasure of watching it enjoy its natural habitat.

+ + + +

Sterne caspienne
Parc provincial Presqu’ile, Ont.
Huile sur panneau de bois
45.72 cm x 60.96 cm (18” x 24”) - 2019

Un court séjour pour observer les oiseaux au parc provincial Presqu’ile en mai dernier nous a charmé. Les parulines étant au rendez-vous, nous espérions en voir quelques unes ainsi que bien d’autres espèces d’oiseaux.

Comme le niveau du lac Ontario était encore élevé, certains sentiers étaient inondés alors que d’autres étaient boueux. À contrecoeur, nous avons rebrousser chemin à plusieurs reprises. Une paire de bottes en caoutchouc aurait été fort utiles car nous aurions pu nous rendre à la plage. Une bonne leçon pour la prochaine fois !

Nous avons passé un certain temps près du phare à surveiller des Cormorans à aigrettes voler au-dessus du lac Ontario afin de trouver un endroit où nager et pêcher. Par la suite, nous nous sommes promenés le long du sentier Government Dock ainsi qu’à d’autres endroits.

Le sentier Marsh était inondé, donc fermé. Heureusement, la tour d’observation située à l’entrée du sentier était accessible. De là, nous avons observé pendant plus de 40 minutes cette Sterne caspienne. C’est le plus gros oiseau de son espèce avec une taille semblable à celle d’un goéland.

En quête de nourriture, la Sterne caspienne survolait le marais. Cet oiseau est un champion du plongeon ! Il était trop loin pour que j’obtienne de belles photos avec ma caméra alors pendant que Robert le photographiait, j’ai pu l’observer à ma guise et le voir évoluer dans son environnement naturel. C’était magnifique !

Northern Flicker
Pic Flamboyant

NorthernFlicker640

Northern Flicker
Subspecies: Red-shafted Flicker
Nanaimo, B.C.
Oil on birch panel
40.64 cm x 50.8 cm (16” x 20”) - 2019

It was on a snowy December day that Tracy Fegan first saw this Northern Flicker in her backyard. Its red moustache indicates that it is a male.

It managed to find some of the fall berries still left on the Arbutus tree and it was determined to eat them. The Arbutus tree is native to the coastal northwest and produces berries which birds feed on.

I love winter and this enchanting scenery greatly appealed to me. I am grateful to Tracy for giving me permission to use her photos to create this painting.

Late this spring, I was fortunate to see a Northern Flicker visit our backyard. The fleeting sight of it gave me the nudge I needed to paint this scene.

+ + + +

Pic Flamboyant
Sous-espèce : Pic flamboyant rosé
Nanaimo, C.-B.
Huile sur panneau de bois
40.64 cm x 50.8 cm (16” x 20”) - 2019

Par une journée enneigée de décembre, Tracy Fegan aperçoit pour la première fois dans sa cour arrière ce Pic Flamboyant. La moustache rouge de l’oiseau nous révèle que c’est un mâle.

Ayant déniché les dernières baies d’automne sur l’arbre fruitier, l’oiseau était bien déterminé à les manger.

J’aime l’hiver et cette scène féérique m’interpellait énormément. Aussi, je suis reconnaissante envers Tracy de m’avoir permis d’utiliser ses magnifiques photos pour la composition de cette toile.

Vers la fin du printemps de cette année, j’ai eu à mon tour le privilège d’apercevoir brièvement un Pic Flamboyant dans notre cour arrière. Je n’en revenais pas ! Cette vision éphémère m’a donné l’élan dont j’avais besoin pour peindre ce tableau.

Great Kiskadee
Tyran quiquivi

Great Kiskadees 640

Great Kiskadee - Male & female
Manzanillo, Mexico
Oil on birch panel
40.64 cm x 50.8 cm (16” x 20”) - 2019

Painting this scene filled my heart with joy. Thanks to my friend, Brenda Williams who lives in Pemberton, BC, I discovered these beautiful birds through her camera lens.

Birds have always fascinated me, but it was only in 2015 that I began to paint them. I never anticipated such delight and strong desire to pursue this adventure.

Prior to beginning a painting, I spend a lot of time learning about the bird’s life and habitat. I also want to know if the species is secure, vulnerable, declining or endangered. All this valuable information helps me establish a strong bond with the bird.

Equipped with binoculars and cameras, Robert and I go on birding trips during the spring and fall migrations. Back home in the studio, I study various field guides to identify the birds we saw.

The lives of birds is wondrous and learning about them has enriched not only my art but also our lives. 

+ + + +

Tyran quiquivi - Mâle et femelle
Manzanillo, Mexique
Huile sur panneau de bois
40.64 cm x 50.8 cm (16” x 20”) - 2019

Que j’ai aimé peindre ce tableau! Grâce à mon amie, Brenda Williams qui habite à Pemberton en Colombie-Britannique, j’ai découvert ces beaux oiseaux à travers son regard de photographe.

Ma fascination pour les oiseaux remonte à mon enfance et pourtant ce n’est qu’en 2015 que j’ai entrepris de les peindre. Ravie, je suis tombée sous leur charme et c’est à ce moment-là que j’ai décidé de foncer dans cette grande aventure.

Avant d’entreprendre une toile, je fais de la recherche pour comprendre la vie de l’oiseau et son habitat. Est-ce que l’espèce est stable, préoccupante, menacée ou en voie de disparition? Ces précieuses informations renforcent mon rapport avec l’oiseau.

Avec nos jumelles et caméras, Robert et moi partons à la recherche des oiseaux lors de la migration au printemps et à l’automne. De retour dans mon studio, je consulte divers guides d’oiseaux pour identifier ceux que nous avons vus.

Peindre et apprendre sur la vie extraordinaire des oiseaux a non seulement enrichi mon art mais aussi nos vies.

Icefields Parkway
La Promenade des Glaciers

IcefieldsParkway2-640

Icefields Parkway
Jasper National Park, Alta.
Somewhere south of the Icefields Discovery Centre
Oil on canvas
45.7 cm x 61 cm (18” x 24”) - 2018

Driving along the Icefields Parkway (highway 93) between Jasper and Banff we had to stop at many lookouts, because the drive is one jaw-dropping panoramic view after another.

The vastness of the land, the grandiose landscapes filled with an endless chain of mountains, rivers and lakes, all highlighted by impressive glaciers, is spectacular. You cannot help but feel the isolation, the wilderness, the cold invading your body and the cool crisp air filling your lungs. What a stunning planet we live on!

Ever since I first saw the Canadian Rockies in 1999, I wanted to paint them but I could not figure out how to transpose such a majestic landscape onto canvas. It took me a long time to attempt this scene. Perhaps, with the distance in time I was finally able to simply paint the scene while not being overwhelmed by it.

Once I began working on the canvas I was completely immersed in my subject, and for over a week I lost track of time. I remembered how exciting it was to be there, and suddenly, under my brush strokes, I was there again and I felt the same magic.

Early in our relationship, Robert and I talked about things we would like to do in life. I mentioned that my dream was to see and paint the Canadian landscape. It turned out that he wanted to travel too! So, once a year or so, we pick a destination we would like to visit and go there. So far we have visited the Rockies three times.

+ + + +

La Promenade des Glaciers
Parc national Jasper, Alb.
Au sud du Glacier Discovery Centre
Huile sur toile
45.7 cm x 61 cm (18” x 24”) - 2018

Heureusement qu’il existe de nombreux points d’observation le long de la Promenade des Glaciers (autoroute 93), entre Jasper et Banff. Cela nous permet d’arrêter et admirer d’époustouflantes vues panoramiques.

L’immensité du territoire nous offre des scènes grandioses où se trouvent une chaîne interminable de montagnes, rivières et lacs, avec en arrière-plan, d’énormes glaciers. C’est émouvant. On ressent l’isolement des lieux, la nature et le froid nous envahir alors que nos poumons se remplissent de l’air frais et piquant. Quelle planète magnifique nous habitons !

C’est en 1999 que nous avons visité les Rocheuses canadiennes pour la première fois. Je désirais peindre les Rocheuses mais ces scènes spectaculaires m’intimidaient. Comment reproduire ces paysages fabuleux sur une simple toile ? J’ai mis beaucoup de temps avant de me décider à peindre ce tableau.

Pendant plus d’une semaine j’ai perdu la notion du temps tellement j’étais absorbée par mon sujet. Chaque coup de pinceau me ramenait au jour où mon regard s’est posé sur cette scène pour l’admirer. Au fur et à mesure que la toile avançait, j’avais l’impression de me retrouver à cet endroit. C’était magique. La joie que j’avais alors ressentie est revenue m’habiter et c’est ce que j’ai voulu reproduire sur la toile.

Au début de notre relation, Robert et moi avons parlé de ce que nous aimerions faire dans la vie. Je lui ai mentionné mon grand rêve : voyager pour peindre le paysage canadien. Quelle chance car il désirait lui aussi voyager à travers le Canada ! Depuis, à chaque année, nous choisissons une destination à découvrir. Nous avons visité les Rocheuses à trois reprises.

Medicine Lake
Lac Medicine

Medicine Lake 640

Medicine Lake
Jasper National Park, Alta.
Oil on canvas
45.7 cm x 61 cm (18” x 24”) - 2018

In May 1999 we took our first trip to the Canadian Rockies. Robert had a special interest in Medicine Lake and talked about it before the trip. Obviously, we had to go see the lake.

When we arrived at the lake, it’s bed was empty. With a silly smirk on my face, I couldn't resist commenting, “Hmm … Where’s the water? Doesn’t look much like a lake to me!”

He ignored my remarks and smiled because he knew the answer. I understand that things are more complex than my short description here, but this is what I understood from his explanation.

May is when the glaciers begin to melt and fill lakes and rivers. Medicine Lake is exceptional because it fills up when Maligne Lake overflows. Even though the two lakes are far apart, a long channel links them and carries the water to Medicine Lake, making it more of a large basin than a lake.

But the most intriguing and fascinating aspect of what makes Medicine Lake unique is its underground system of caves. Every year, as the overflow from Maligne Lake fills Medicine Lake, the water drains into the caves, leaving behind an empty bed with puddles of water and mud flats, and this is what we saw on our first trip. Of course the drainage happens over a period of several months.

Had I pay attention to what Robert was telling me when he talked about Medicine Lake, I would have been in a better position to understand and appreciate what I was looking at … Lesson learned!

We were lucky the second time we visited the Rockies and my painting reflects that amazing view. Taking time to absorb our surroundings and feeling part of nature was magical.

The scale of it all surpasses our imagination. In the background, you see glaciers and realize they are the ones providing the fresh water that fill in the lakes, rivers and oceans. Precious water that we need to stay alive.

Because the mountains are so immense, the evergreens at their foothills look like moss. The shores along the mountains are covered with boulders and large rocks. You can’t help but have an eerie feeling. The water of that lake is really cold! You breathe and fill your lungs with this amazing fresh air that is rejuvenating and makes you almost dizzy.

Such a strange environment for both of us and yet we really felt we belonged there.

+ + + + +

Lac Medicine
Parc national Jasper, Alb.
Huile sur toile
45.7 cm x 61 cm (18” x 24”) - 2018

Notre première visite dans les Rocheuses canadiennes remonte à mai 1999. En planifiant le voyage, Robert était bien intrigué et parlait souvent du Lac Medicine. C’était clair, nous devions aller voir ce lac.

À notre arrivée, le lit du lac était vide. Avec un sourire un peu narquois, je n’ai pas pu m’empêcher d’émettre un petit commentaire : “ Hé ben, dis-donc Robert … où est l’eau ? Ça ne ressemble pas tellement à un lac ! “

Il a ignoré mes remarques et a sourit avant de m’expliquer la scène qui se trouvait devant nous. C’est un peu compliqué mais voici ce que j’ai compris.

La fonte des glaciers commence en mai et c’est ainsi que se remplissent les lacs et rivières. Le scénario est différent pour le Lac Medicine. Son lit se remplit lorsque le Lac Maligne, situé beaucoup plus loin, déborde. Un long passage relie les deux lacs et le surplus d’eau du Lac Maligne se déverse dans le Lac Medicine qui est en somme un énorme bassin plutôt qu’un lac.

Le Lac Medicine est unique car il possède un réseau souterrain de cavernes. Sur une période de plusieurs mois, le lac se vide car l’eau s’écoule dans les cavernes, laissant derrière des flaques d’eau et des bancs de boue. C’est ce que nous avons vu lors de notre première visite.

Si j’avais écouté les explications de Robert quand il me parlait du Lac Medicine, j’aurais compris et apprécié ce que je voyais … Petite leçon pour le futur !

Ma toile représente la scène que nous avons admirée lors de notre seconde visite dans les Rocheuses. Un moment magique.

Cette nature dépasse l’imagination. À l’arrière-plan de ce paysage, se trouvent les glaciers qui alimentent les lacs, rivières et océans. Source d’eau potable si précieuse à la vie.

Les montagnes sont tellement énormes que les conifères situés le long des contreforts ressemblent à de la tourbe. C’est à la fois impressionnant et étrange quand notre regard se pose sur toutes ces grosses roches parsemées sur les rives. L’eau du lac est glaciale ! Prendre de grandes respirations et remplir nos poumons d’air frais nous stimule et nous étourdit.

Un endroit insolite et pourtant nous avions l’impression d’en faire partie. Nous avons pris le temps d’admirer ce spectacle grandiose. Quel privilège !

The Yellow Begonia
Le bégonia jaune

YellowBegonias640

The Yellow Begonia
Home - Orléans, Ont.
Oil on canvas
40.64 cm x 50.8 cm (16” x 20”) - 2018

At the beginning of the year, my friend Joy and I challenged each other to produce a floral painting before the end of 2018, a challenge to take us away from our comfort zone.

Our balcony is covered by an awning to protect us from the sun. Earlier this spring, I bought plants that do well in shade, several begonias, a gorgeous fern along with other beautiful plants. I wanted to create a little oasis with lovely flowers where Robert and I can sit to read and relax.

The more I looked at it, the more I liked the yellow begonia. I finally decided it was a great subject to paint and meet the challenge, hence the very creative title, The Yellow Begonia!

+ + + +

Le bégonia jaune
Chez-nous - Orléans, Ont.
Huile sur toile
40.64 cm x 50.8 cm (16” x 20”) - 2018

Afin de nous faire sortir de notre zone de confort, mon amie Joy et moi nous sommes lancé un défi en janvier dernier : peindre des fleurs d’ici la fin de l’année 2018.

Pour nous protéger du soleil, nous avons installé un auvent au-dessus de notre balcon. Ce printemps, je me suis procuré des plantes qui préfèrent l’ombre, entre autres : quelques bégonias, une magnifique et énorme fougère ainsi que d’autres belles plantes pour agrémenter notre balcon. Je désirais créer une ambiance chaleureuse où Robert et moi pourrions nous asseoir pour lire et relaxer parmi de jolies fleurs.

Plus je le regardais, plus j’aimais le bégonia jaune, alors j’ai décidé que j’avais devant moi le sujet idéal à peindre et ainsi relever le fameux défi.

Voici donc, avec un titre fort original … : Le bégonia jaune!

Big Beehive

BigBeeHive640

Big Beehive
Lake Louise, Alta.
Oil on canvas
60.96 cm x 45.72 cm (24” x 18”) - 2018

On our second visit to the Rockies, we decided to go to Lake Agnes Tea House. From the shores of Lake Louise we began our hike. The trail is a continuous climb on a wide switchback for 3.6 km with an elevation gain of 400 m.

As we started the ascent, light drizzle turned into large snowflakes, covering the evergreens with a fresh blanket of snow. At the same time a rowing team on Lake Louise began to sing O Canada, while someone played the Alphorn. It was a surreal and magical moment I will never forget.

For a while people passed us by. I guess we were too slow for them. Half an hour later, they returned so I figured we were close to the tea house.

So we kept climbing and climbing… no tea house was in sight. I dislike climbing and this was endless. Then, a lake! I thought we had arrived. “Where is the Tea House?”, I asked. Robert pointed up towards a small house in the distance. It took me a while to locate it.

We had arrived at Mirror Lake, a lovely place but we were not at our destination yet. What a disappointment! Robert offered to return, but I refused.

Robert took several photos of the Big Beehive, which is a rock formation seen along the trail near Lake Agnes Tea House. A strange and beautiful view which I tried to depict in this painting.

Before reaching Lake Agnes, the trail was really steep and narrowed quite a bit. We finally arrived and it was worth the effort. Lake Agnes is magnificent!

There was a buzz inside the crowded Tea House, but we managed to find a place to sit. We were tired and hungry. Our apple crisps did not last long and a hot cup of tea sure hit the right spot!

We rested for a short while, then we went on the balcony to look and enjoy the beauty surrounding us. Had I given up half way, I would have missed this spectacular vista of Lake Agnes, the Big Beehive and Mirror Lake.

On our way back, we took our time and savoured the descent.

+ + + +

Big Beehive
Lac Louise, Alb.
Huile sur toile
60.96 cm x 45.72 cm (24” x 18”) - 2018

Le Salon de Thé du Lac Agnès était une de nos destinations lors de notre seconde visite dans les Rocheuses canadiennes. Le sentier pour s’y rendre débute sur la rive du Lac Louise. C’est une randonnée en zigzag qui monte continuellement sur une distance de 3,6 km sur une élévation de 400 m.

En montant, la bruine légère s’est transformée en de gros flocons de neige qui se sont doucement déposés sur les conifères. Comme si cela n’était pas assez, une équipe de rameurs sur le Lac Louise entreprirent de chanter Ô Canada au son d’un joueur de cor des Alpes. Un moment irréel et magique que je n’oublierai jamais.

Les gens nous dépassaient car nous étions trop lents pour eux. Une demie heure plus tard ils retournaient alors je croyais que nous étions tout près du salon de thé.

Pourtant, la pente continuait de monter et toujours pas de salon de thé. Je n’aime pas monter. Soudain, un lac! “Où est le salon de thé?” demandais-je à Robert. Après un certain temps, il pointa vers une toute petite maison au loin. Cela me prit un certain temps à l’apercevoir.

Nous étions rendus au Lac Miroir. Un bel endroit mais pas de salon de thé! J’étais déçue. Robert offrit de retourner mais j’ai refusé.

Le long du sentier se trouve une montagne étonnante appelée, “Big Beehive”. Sa forme ressemble à une ruche d’abeilles. Robert en a pris plusieurs photos et moi j’ai tenté de reproduire sur toile cette scène à la fois étrange et magnifique.

Juste avant d’atteindre le Lac Agnès, le sentier rétrécit encore et devient très abrupte. Finalement, nous sommes arrivés! Que d’efforts mais cela en valait vraiment la peine. Le Lac Agnès est magnifique!

Le salon de thé était bondé et il y avait une belle ambiance à l’intérieur. Fort heureusement, nous avons déniché une petite place pour nous asseoir. Nous étions fatigués et affamés. Nous avons englouti nos carrés aux pommes à la vitesse de l’éclair. Quel plaisir que de savourer un bon thé chaud en relaxant!

Après la pause, nous sommes allés sur le balcon pour admirer et assimiler toute la beauté qui nous entourait. Si j’avais abandonné à mi-chemin, j’aurais manqué cette vue spectaculaire du Lac Agnès, “Big Beehive” et le Lac Miroir.

Le retour se fit à un bon rythme et nous avons pris le temps de savourer la descente.

Red-winged Blackbird
Carouge à épaulettes

Red-winged Blackbird - Juvenile male 640

Red-winged Blackbird - Juvenile male
Parks Canada - Point Pelee National Park, Ont.
Oil on birch panel
27.3 cm x 27.3 cm (10.75 “ x 10.75”) - 2018


While in Point Pelee National Park, we hiked along several trails and enjoyed the sights and joyous songs of the birds. Robert spotted this bird and took a photo.

Initially, I thought it was a female Red-winged Blackbird but the small patches of red orange on the shoulder revealed that it was a male. He had recently left his nest and was exploring his new world. He was probably still under the watch of his parents for a few more days. As he reaches maturity, his plumage will turn shiny black with bright red orange epaulets, fringed with yellow.

March 13, 2018 - 8:00 am - Our backyard was covered with hungry Red-winged Blackbirds, European Starlings, Brown-headed Cowbirds and Purple Finches. It was exciting to watch the activity. Hearing their songs filled my heart with joy.

The female Red-winged Blackbirds should soon arrive. They follow a few weeks after the males who had time to establish their territories.

Even though we woke up to snow that morning, these birds are sure signs of Spring.

+ + + +

Carouge à épaulettes - mâle juvénile
Parcs Canada - Parc national de la Pointe Pelée, Ont.
Huile sur panneau de bois
27.3 cm x 27.3 cm (10.75 “ x 10.75”) - 2018


Lors de notre visite au Parc national de la Pointe Pelée, nous avons parcouru plusieurs sentiers de randonnée. C’était magnifique de voir les oiseaux et d’entendre leur chant joyeux! Robert aperçut cet oiseau et prit une photo.

Je croyais que c’était une femelle Carouge à épaulettes mais les petites tâches de rouge orangé sur l’épaule m’ont révélé que j’étais en présence d’un mâle. Ayant abandonné le nid, il explorait son nouvel univers. Ses parents devaient le surveiller encore pour quelques jours. Adulte, son plumage deviendra noir brillant et il aura des épaulettes rouge orangé, bordées d’une étroite frange jaune.

Le 13 mars 2018 - 8 h : Une nuée de Carouges à épaulettes, des Étourneaux sansonnets, des Vachers à tête brune ainsi que des Roselins pourprés firent leur apparition dans notre cour arrière. Ils étaient affamés et c’était fascinant de voir tant d’activité dans notre cour. Quel plaisir que d’entendre leur chant mélodieux!

Les femelles Carouge à épaulettes devraient bientôt se pointer. Elles arrivent un peu plus tard, donnant ainsi le temps aux mâles d’établir leurs territoires.

Peu importe si ce matin-là nous nous sommes levés avec une autre bordée de neige. Les oiseaux annoncent l’arrivée du printemps!

Valley of the Ten Peaks
Vallée des Dix Pics

MoraineValley

Valley of the Ten Peaks
Moraine Lake - Canadian Rockies
Banff National Park, Alta.
Oil on canvas
45.72 cm x 60.96 cm (18” x 24”) - 2018

Hiking along the trails of Moraine Lake, Robert and I stood silently as we admired this stunning view in the Valley of the Ten Peaks. It was overwhelming and humbling. Nature makes us realize how small and vulnerable we are.

Every time we visit the Rockies, Robert keeps telling me to look up. The dimensions and heights of the glaciers are so high! The scale of it all is mind blowing. The entire park is an endless display of trees, glaciers, rivers, boulders and wildlife.

Nature is magnificent yet it can be unpredictable, threatening and treacherous. A force to be reckoned. One that demands respect.

+ + + +

Vallée des Dix Pics
Lac Moraine - Rocheuses canadiennes
Parc national Banff, Alb.
Huile sur toile
45.72 cm x 60.96 cm (18” x 24”) - 2018

Lors d’une randonnée le long du Lac Moraine, Robert et moi sommes restés silencieux devant cette scène magnifique dans la Vallée des Dix Pics. C’était bouleversant et on a vite compris combien nous sommes petits et vulnérables.

Chaque fois que nous visitons les Rocheuses, Robert me répète souvent de regarder vers le ciel. L’immensité et la hauteur des glaciers donnent le vertige! C’est renversant. Le parc offre un spectacle impressionnant et nous fait découvrir faune, arbres, glaciers, rivières et rochers.

La beauté époustouflante de la nature est à la fois menaçante, imprévisible et traître. Elle inspire le respect.